Ecole et société en France depuis 1850
 

 

Hit-Parade


Classe : Première BAC PRO
Manuel utilisé : Histoire-Géographie, Belin (1998)
Durée de la séquence : 2 heures
Auteur : Christophe Escartin
Sur LHG depuis le : 05/06/2000


Objectifs de la séance

  • Prendre conscience de la place prépondérante de l'école dans la société française
  • Acquérir les notions de scolarisation, de laïcité, de liberté scolaire, d'égalité, de promotion et d'intégration
  • Initiation à la lecture d'un document historique

Déroulement de la séance (2 heures)

Problématique : Quels ont été et quels sont les enjeux de l'école en France depuis 1850 ?

  1. Présentation des lois jusqu'en 1850 (cours magistral) :
  • loi Guizot (28 juin 1833) : l'Eglise doit être liée à l'Etat et assurer avec lui la mission scolaire ; obligation d'une école primaire de garçons, publique ou privée, par commune ; ouverture d'une école normale d'instituteurs par département ; instruction morale et religieuse obligatoire
  • loi Pelet (23 juin 1836) : mêmes dispositions pour les filles
  • loi Guizot (15 mars 1850) : comte de Falloux nommé ministre de l'Instruction publique et des Cultes le 20 décembre 1848 ; l'ambition de la loi est d'assurer le retour en force des congrégations religieuses dans l'enseignement primaire et secondaire au détriment des écoles laïques ; fonds publics pour les écoles privées à hauteur de 10% de leurs dépenses annuelles
  1. A l'oral, classe entière : comment l'école fonctionnait-elle ?
  2. Présentation du fonctionnement de l'école (cours magistral) :
  • l'Eglise s'attache à développer son influence dans le système public : ecclésiastiques parmi les enseignants ; cours de religion dans les programmes
  • paradoxalement, cela favorise le développement du système scolaire : multiplication des écoles ; généralisation de la scolarité ; allongement de la scolarité (6-12 ans)
  1. Trace écrite (1. a) De Falloux à Ferry (1850-1879))
  2. Analyse du texte des "Lois Ferry" (manuel doc.4 p.79) :
  • Identifiez les articles qui instituent la gratuité, la laïcité et l'obligation scolaire.
  • Pourquoi peut-on dire que l'école est un enjeu ?
  1. Analyse de la "Lettre de Jules de Ferry aux instituteurs" (manuel doc.5 p.79) :
  • Relevez les grands principes énoncés par Ferry dans cette lettre.
  • En quoi sont-ils révélateurs des enjeux de l'école de la République ?
  1. Explication synthétique des lois Ferry (1881-1882) :
  • Jules Ferry est ministre de l'Instruction publique du 4 février 1879 au 20 novembre 1883
  • lois du 16 juin 1881 (gratuité de l'enseignement primaire) et du 28 mars 1882 (obligation jusqu'à 13 ans et laïcité) sont les plus connues
  • mais il y a également les lois du 9 aouût 1879 (écoles normales de garçons et de filles dans tous les départements), du 27 février 1880 (laïcisation du Conseil supérieur de l'Instruction publique), du 21 décembre 1880 (enseignement secondaire des jeunes filles), etc.
  1. Etude de "L'évolution des effectifs" (manuel doc.2 p.78) :
  • Analyser l'évolution des écoles publiques et privées.
  • Quel phénomène est mis en évidence ?
  • Que peut-on dire quant à la scolarisation des filles ?
  1. Explication synthétique des fonctions et du fonctionnement de l'école :
  • enseigner la République : géographie (centralité de la patrie) ; gymnastique (travaux du soldat) ; histoire (ce que l'histoire offre aux Français) ; développement des valeurs communes
  • former des citoyens : mettre en pratique ce qui a été appris et participer à la vie de la cité ; développer les libertés (réunion et presse en 1881, syndicale, municipale et divorce en 1884)
  1. Trace écrite (2. b) L'école de la République (1879-1950))
  2. Etude comparée des tableaux statistiques sur l'" Évolution de la part d'une génération obtenant le baccalauréat " (manuel doc.7 p.83) et sur la " Part d'une génération accédant au niveau IV de formation (manuel doc.5 p.87) :
  • Commentez l'évolution de la part d'une génération obtenant le baccalauréat.
  • Quelles grandes ruptures observez-vous ? Quelles peuvent en être les causes ?
  1. Analyse du texte sur "La querelle scolaire au début des années 1980" (manuel doc.2 p.84) :
  • Quels sont les enjeux de la querelle scolaire ?
  • Comparez cette situation à celle de la fin du XIXe siècle.
  1. Analyse du texte sur "L'école de la deuxième chance" (manuel doc.4 p.85) :
  • Quelles raisons conduisent les parents à inscrire leurs enfants dans le secteur privé ?
  • Que peut-on en déduire sur l'évolution du secteur public ?
  1. Trace écrite (2. Les enjeux de l'école en France depuis 1950)

Trace écrite

Quels ont été et quels sont les enjeux de l'école en France depuis 1850 ?

1. La naissance de l'école de la République

En quoi l'école constitue-t-elle un enjeu considérable pour la République ?

a. De Falloux à Ferry (1850-1879)

Depuis la loi Guizot (1833), chaque commune se doit d'entretenir une école primaire, publique ou privée. La loi Falloux (1850) autorise aux congrégations d'enseigner dans l'enseignement secondaire.
L'école est au coeur des débats. C'est un lieu d'affrontement politique et idéologique. En effet, pour l'Eglise, elle est un moyen de reconquérir le terrain cédé à l'Etat sous la Révolution.

b. L'école de la République (1879-1950)

L'histoire scolaire de la France est bousculée par Jules Ferry qui rend l'enseignement primaire gratuit, laïque et obligatoire (lois de 1881-1882).
L'école a des objectifs précis : le maître apprend toujours à lire, écrire et compter, mais il développe également le sentiment national et diffuse les idées républicaines.
Le système d'enseignement semble corriger les inégalités par la méritocratie.

2. Les enjeux de l'école en France depuis 1950

Comment l'école a-t-elle répondu aux nouveaux impératifs socio-économiques ? Quelles sont les finalités de l'école aujourd'hui.

a. Démocratisation et massification

Depuis 1945, l'école est confrontée au double défi de la massification et de la démocratisation.
Le contexte de la Libération est favorable à une "démocratisation" de l'école. On songe désormais à donner des chances égales à tous. Afin d'unifier le premier cycle, entre 1945 et 1959 disparaissent les cours complémentaires et les centres d'apprentissages (c'est-à-dire du primaire supérieur) et sont créés les collèges d'enseignement général (C.E.G.) en 1959 et les collèges d'enseignement secondaire (C.E.S.) en 1963. La réforme Haby (loi du 11 juillet 1975) fusionne C.E.G. et C.E.S. en un collège unique.
La démocratisation de l'école s'accompagne d'une massification. En effet, les effectifs explosent : dans les collèges dès les années 1960 et dans les lycées depuis les années 1980. Si le baby-boom de l'après-guerre est un des facteurs d'explication du phénomène, il faut également considérer la qualification toujours croissante, d'autant plus importante depuis le début de la crise économique en 1973.

b. Les défis de l'école aujourd'hui

L'école a longtemps opposé les laïques aux cléricaux. Nénamoins, les rapports entre l'école privée et l'Etat se sont peu à peu codifiés. Pourtant, aujourd'hui, l'opposition est moins celle des valeurs que celle du rôle social de l'école.
L'enseignement tente de répondre aux besoins de l'économie par la mise en place de diverses filières. Ainsi le système scolaire doit-il former à la fois des hommes cultivés, des citoyens éclairés et des travailleurs rentables. Pourtant les enseignants voient leur statut dévalorisé et assistent au creusement d'un fossé de plus en plus large entre eux et le nouveau public. En fait, l'enseignement est devenu une énorme machine dans une société en pleine évolution où les intérêts des acteurs ne semblent pas tous converger.


Si l'enseignement de masse semble réalisé, l'égalité des chances reste trop souvent un principe, et l'enseignement technique et professionnel cherche encore sa voie entre les impératifs économiques et scolaires.


Adresse : http://lhg.free.fr - Webmestre : Christophe Escartin
Dernière mise à jour le : 11/05/2002